MINORQUE 2007 - Velaux, Fornells

strict warning: Only variables should be passed by reference in /home/ecapade/www/drupal/modules/book/book.module on line 559.

20 juillet 2007.

On oublie trop souvent un aspect incontournable du départ en croisière. C'est à la fois, le plus important, et le plus pénible. C'est celui du préparatoire à terre, l'instant d'avant départ. Depuis des mois on en parle. On rêve d'un ailleurs encore indécis.carenage

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La seule certitude, c'est de partir, quitter le terre à terre. Bien des soirées à deux, nous trompons le quotidien. Sur notre terrasse de Velaux, Laurent et moi, nous scrutons la nuit. Au delà de l'Etang de Berre, plein sud, les collines de la Mède nous promettent la Côte Bleue. Nous savons la mer à portée de quille. Et nous rêvons ensemble.

Nous allons libérer Lune de Miel de ses amarres dans quelques mois, dans quelques semaines, zut alors, dans quelques jours déjà. Le temps se précipite. Serons-nous prêts lorsque notre équipier va sonner à la porte ? Incroyable ce stock de matériel à embarquer, les toiles, l'annexe, la survie, le linge, le carburant... Et tout cet avitaillement. Combien de navettes brouettes ? Entre la maison et la voiture, la voiture et Lune de Miel...
ldm pnton

Ouf, nous y voilà ! A la maison, la serrure du portail tout neuf a été revue, graissée, ajustée, caressée en vue de sa longue immobilisation en position fermée. Même moi, je l'ai testée...Une éventuelle canicule peut chauffer le fer, y'a de la marge. 
Vendredi début d'après-midi, Roger et Marie arrivent à Velaux. Départ imminent. Les hommes ont soigneusement empilé ce qui reste, essentiellement les denrées de produits frais et des liquides. La voiture est bourrée jusqu'à la gueule. Laurent a bouclé toutes les portes, activé l'alarme. Nickel, tout super bien. Tout le monde dehors, dernier tour de clé du portail.... Pardon, qu'est-ce qui se passe ? Ça coince, ah bon, où ça, qui ça ? Non ! La serrure ? Oui, ça coince salement même irrémédiablement ! Laurent pousse, tire, secoue, en vain, impossible de bouger la clé. Roger vient à la rescousse. Impossible, on a beau secouer ce maudit portail, secouer cette maudite clé, suer, suer, (surtout suer...) la clé reste fichée, scotchée à son trou, cette conne. Pause pour tout le monde. Laurent se gratte les cheveux. Il toise son portail en fronçant les yeux, oh la la, ça va mal. Il se gratte encore un peu le front. Voilà, la décision est prise. Il se résout à rouvrir les accès maison, direction l'atelier. Il met en marche l'alarme par inadvertance, quelle importance, ça au moins ça marche. Il reparaît, allure martiale et décidée, armé de ....sa meuleuse d'angle et d'une longue rallonge électrique. Non, mais c'est qui le patron ici... Instant bidouille à la porte de sortie. Ça grince dans la serrure, ça se rebelle, mais Laurent aura le dernier mot... et finalement la clé finira par se soumettre. Je voudrais que vous imaginiez cette image extraordinaire de trois quidams en attente derrière une voiture bourrée de bagages, et un mec sur le départ, en bermuda et birgenstocks, qui lime sa serrure pour pouvoir la fermer. Notre amie Marie ne doit pas être trop tranquille de confier l'avenir de son mari à deux ostrogoths aussi désorganisés que nous. Mais c'est une dame discrète et mesurée. Je crois qu'elle a plutôt trouvé ça marrant. Merci Marie pour ta patience.

 

Samedi 21 juillet 2007. Martigues, panne n°1

Silence totale dans la nuit de nos couchettes. Sommeil à quai de trois futurs navigateurs bien tranquilles. Un quart d'heure avant que sonne le réveil, Laurent, Roger et moi sommes opérationnels. Nous attendons cependant quatre heures du matin pour appeler Fos Port Contrôle et demander l'ouverture du pont. A cinq heures nous nous présentons en même temps que les premiers grincements de pont annoncent notre libération. sortie martC'est la première fois que nous quittons le port de nuit. Y'a un monde fou. Les lumières inhabituelles donnent à notre départ une dimension mystérieuse. Très vite l'armada d'embracations se disperse. Vive la solitude.  Un souffle d'air nous caresse le visage. Je n'ai pas le temps de passer par la phase contemplative. Laurent veut en profiter pour envoyer la grand voile. Pourquoi pas, c'est archi-calme. Roger impatient de passer en phase opérationnelle se poste au pied du mat, hardi petit. Et m.... la drisse se rebelle. Elle s'accroche autour de la lampe de pont. Comment ? une facétie de matériel ? Nous ne sommes pas encore partis et déjà notre installation merdoie. Roger doit commencer à avoir des doutes sur l'équipage, moi, à sa place .... 
Lui, non pas du tout. Dès cet instant, il démontre à quel point il est capable de rester stoïque. C'est lui qui s'harnache à la chaise de mat et c'est Laurent qui le winche. Moi, je reste zen, je barre... Pas bien méchante la récupération de drisse, mais ça ne fait guère sérieux.
Sortie de Port de Bouc, nouveau troupeau d'embarcations en sortie du canal, on s'étale dans le bassin. Cap sur la mer, cap sur Fornells, environ deux cents milles, vent au départ N/NE force quatre puis cinq à six, quasi arrière. On décide de tangonner le génois. Le vent passera à l'ouest puis au Sud Est. Nous naviguons la plupart du temps au grand largue, une allure de rêve, vitesse moyenne de déplacement six noeuds avec des pointes à plus de huit noeuds. Idéal. Le hic, c'est que la mer est agitée, houle croisée, de bons creux qui secouent, et que le mal de mer me prend sournoisement l'estomac et sans prévenir juste avant la nuit. La météo nous annonce une traversée musclée, et moi je dégobille. Dommage que je sois si vieille, j'ose même pas pleurer de déception. Dans ma semi-présence, je remarque par moment que la mer a une couleur inhabituelle, grisâtre, ou bleu nuit, selon la lumière. Mais elle est très agitée, et nous sommes bien bousculés. En fin d'après-midi, une échappée de dauphins en goguette me met en joie, bref enthousiasme que de nouvelles nausées sabordent. 
Nous avons parcouru deux cent dix milles en trente-cinq heures. A une allure idéale, et avec quatre heures de moteur. Retranchons les trois quarts d'heure du canal de Martigues et les manoeuvres de mouillages, en deux fois, la première ancre a été posée dans l'herbe..., nous avons fait moins de trois heures de moteur. Franchement c'est inespéré comme traversée,

roger merparlez-en à Roger et à Laurent.... C'est la plus belle traversée méditerranée que nous ayons faite, et c'est celle dont j'ai le moins profité à cause de mon état semi-comateux. J'ai de vagues souvenirs de ferry qui nous ont souvent croisés pendant la nuit. Il valait mieux, ça me tenait réveillée pendant ma veille. j'ai pris un quart laborieux de une heure du matin à trois heures du matin. J'ai repris à cinq heures du matin car je ne voulais pas rater le lever du soleil, mais je n'étais franchement pas en état de l'attendre. Les hommes ont assumé sans moi, je me suis peut-être un peu laissée aller parce que je pouvais me décharger de mes responsabilités sur Roger.... Allez savoir... J'ai passé la journée à frissonner soit à l'arrière du cockpit, soit dans la couchette du carré... Tu parles d'une traversée.

Dimanche 23 juillet. 16 heures . 40°03,90'N/ O4°08,10'E.

Arrivée musclée à Fornells. Côte nord de Minorque. C'est une immense baie très profonde ; Nous choisissons le bord Est, loin du port et de l'agitation de la ville. Cala Salada. Ouf, je me sens revivre. C'est l'un des premiers abris lorsqu'on arrive. Il est peu fréquenté et on s'y loge facilement.

Nous croisons quelques téméraires qui sortent de l'abri...
sortie mer

Nous organisons notre vie au mouillage, un petit air de plaisance souffle sur le pont.

Lundi 24 juillet 2007.

Une journée sympathique au mouillage et à terre.

cala pequenaNous déambulons avec Roger à travers les sentiers qui traversent des forêts sauvages et giboyeuses. Il n'en revient pas de croiser ici autant de plumes familières, palombes, perdreaux, colombes... Il nous apprend un autre art de vivre, celui de la forêt sauvage. Il détaille avec beaucoup de délicatesses un perdreau qui passe pas loin, son vol au ras des arbustes, les nuances de son plumage, ses piqués dans les broussailles. Pas de doutes, il a une fibre affective profonde avec le gibier à plumes. Et de conclure " non seulement cet oiseau est magnifique mais en plus il est délicieux à manger "... On peut donc aimer joliment, il est même sentimental Roger quand il parle de la forêt. Et en même temps il peut la dévorer. Cela me fascine.


Mardi 25 juillet 2007.

Le coup de vent qui sévit dans le nord du bassin, et plus particulièrement Golfe du Lion et Provence nous amène des vents guère sympas pour sortir d'ici. La mer au large festonne largement, à l'entrée de Fornells, elle asperge copieusement les rochers. On est bien ici, pourquoi s'y frotter ? Monaco Radio nous promet de belles échappées météo dans les jours à venir, patientons, farnientons, bullons, nous sommes là pour ça.

Mercredi 25juillet 2007 .

Cala de Algayerens 40°03,00'N / 03°55,30'E .

Au moteur, une dizaine de milles de Fornells vers l'ouest.
Le vent promis ne nous a pas gonflé le génois, dommage. Nous apercevons une large ouverture dans les roches, mais l'entrée du mouillage nous paraît incertain, parfaitement invisible. 
Il faut vraiment déborder l'entrée de la baie pour revenir au fond et découvrir le passage entre les rochers. 
C'est bien ça ! Discret, exactement ce qu'il nous faut.
alguerien

Il y a deux plages tout au fond parfaitement abritées du S/SW, ouvertes au nord, mais le temps s'est stabilisé. La mer se calme. Nous choisissons la " playa pequena ". 
Génial, par deux à quatre mètres de fonds, on mouille dans le sable sans problème. Il y a peu de monde. Eau limpide, magnifique. 
Plus tard, nous découvrons à terre une lagune sauvage et très peuplée, refuge d'une multitude de tortues. Ce site est digne des plus belles images de caraïbes. Si vous venez pas là, ne le ratez pas.
 


INTERMÈDE N°1

- Allô, Docteur, ici c'est la Noiraude, vous souvenez-vous de moi ?
- Bien sûr, ça alors, la Noiraude, d'où sortez-vous ?
- Oh la la, il m'en est arrivé des trucs, je vous écrirai mes mémoires un jour, mais là tout de suite, j'ai un problème
- Allons bon, je vous reconnais bien là, dites-moi, que vous arrive-t-il ?
- Voilà, Docteur, je suis à bord de mon navire préféré, j'ai retrouvé mes deux potes favoris, à peine différents, enfin si un peu quand même. Mais franchement, c'est que du bonheur. Et puis, voilà, dès qu'on a pris la mer, je me suis sentie fatiguée, déprimée, nerveuse. La mer était moche, le navire me paraissait hostile, j'avais la bouche pâteuse, dégoût de parole... Le moindre geste me coûtait un effort colossal. J'avais juste envie de dormir, dormir et plus jamais me réveiller. J'ai peur, je crains que ce soit grave ?
- Mais non, la Noiraude, ce n'est pas grave du tout. Ce sont juste les effets pervers du mal de mère.
- Mal de mère ? Docteur, voyons, y'a longtemps que je suis sevrée.
- Je vous parle du mal des transports, le mal de mer, la Noiraude.
- Ah connais pas ! Mais c'est vous le Docteur. Et je fais quoi pour guérir.
- Prenez votre mal en patience, forcez-vous à bouger, à rire, admirer les vagues, les oiseaux, appréciez vos amis à leur juste valeur, et même un peu plus. Nourrissez vous convenablement, buvez beaucoup. Surtout ne parlez plus de peur et réveillez vos rêves.
- Vous croyez que ça suffira.
- Je crois pas, j'en suis certain, bonne nav la Noiraude.