23-06-18 de Bergen à Kristiansund

bergen

SAMEDI 23 juin 2018 Norheimsund - N 60°22'05.99 - 06°08'33.05
renovation bateauSur cette route commence un circuit qui durera quelques journées très exotiques... alternance de corniches, de falaises, de forêts et de prairies ... et de tunnels, de tunnels, et de tunnels. Ils sont étonnants ces tunnels. On peut y trouver des ronds points... de vrais colimaçons dans le ventre de la montagne. (le plus long fait 8km, mais la moyenne est de 2km) Les sorties révèlent des paysages majestueux avec des cascades qui déboulent sous la neige. Ils sont gratuits et fort commodes pour passer d'un fjord à l'autre. A Norheimsund, nous passerons de longues heures enchantées dans l'atelier de rénovation des bateaux anciens. C'est une sorte de musée dans lequel on déambule au milieu des ouvriers, des machines, des carcasses de bateau plus ou moins en état. Des quais sont aménagés qui permettent de monter à bord de certains d'entre eux.

DIMANCHE 24 JUIN 2018 BRATLAND - N 60°21'09.00 - E 05°26'11.18
bergenCamping à 16km de Bergen qui permet d'éviter l'octroi de terrre et de reprendre contact et commodités de vie citadine. Nous avons choisi notre séjour à Bergen un dimanche (comme pour Oslo) Pluie intermittente mais ça ne nous gêne pas trop. Il ne fait pas froid. (17°) avec de belles éclaircies. Nous achetons un "pass" chacun, qui nous permet de circuler en bus et tram jusqu'à 20 km autour de Bergen pour 5 € pendant 24h. Et on ne s'en prive pas. La belle ville de Bergen, si proprette, si calme, si sage... Comment elle est dans ses quartiers "nord" ? On a zoné un peu partout, quartiers chics et moi chics. Les immeubles sont plus ou moins cossus, les rues plus ou moins claires, mais c'est toujours propreté extrême, calme et sagesse. Pas de fadas en deux roues, pas de graffitis, pas de poubelles qui débordent, peu d'animaux et toujours en laisse. Bergen, et ses jolis quais propices à la flânerie. Un vrai bonheur de retrouver cette ambiance. Nous avons été surpris qu'en vingt ans, le marché aux poissons soit devenu un tel espace touristique. C'est plus animé que dans notre souvenir, moins secret ....
Nous avons déambulé une totale journée, transports en commun ou à pieds... Un vrai bain de vie citadine.

Du lundi 25 juin au 30 juin 2018, nous continuerons notre route vers le nord.
Il est peut-être temps d'une confidence. Vous ne devriez pas être trop surpris si vous nous connaissez bien. Au printemps, nos amis, Patricia et Yann, nous ont transmis de bonnes cartes et des tas d'infos concernant ce type de séjour en Norvège. Nous avons adoré nous pencher sur tout ça. Nous n'étions pas certains de pouvoir partir mais nous en avons grandement rêvé grâce à eux. En mai nous avons été "débordés" et nous avons rangé toute cette doc avec l'intention de reprendre tout ça un peu avant notre départ... Les journées se sont enchaînées trop vite. La veille de partir on n'était même pas certains d'être prêts ! Je n'avais pas eu le temps de passer la serpillère, ni de sécher nos draps..! Et nous sommes partis.
C'est lorsque nous avons passé la frontière Suède que nous avons réalisé l'ampleur du problème. Nous avions laissé toute la doc à Velaux. Nous avons acheté une carte de l'Europe du Nord en Norvège... et c'est tout ce que nous avons comme repère (les très grand axes routiers) et le GPS garmin dédié camping car. Par je ne sais quel miracle, il y avais le guide vert de la norvège dans la boite à gants. C'est avec ça qu'on avance, au p'tit bonheur la chance !
Vous devez bien vous douter qu'on adore cette manière de naviguer comme le vent nous pousse... On rate probablement des trucs mais on trouve de si bonnes surprises aussi. Ainsi nous passons d'un fjord à l'autre, on entre dans des vallées qui montent en altitude. Les sommets se pèlent, couverts de lichens étincelants sous le soleil. On pique-nique les pieds dans la neige. Des descentes vertigineuses nous ramènent le long des prairies et des forêts que bordent d'immenses bras de mer. Les cascades et les torrents sont terribles, d'une violence inouie.
Quelquefois un saut en ferry, nous permet de capter l'air du large.
La meilleure info du jour cest pour Voss, pas très loin de Bergen. Un atelier annonce vente de gaz... On s'arrête. Nous pouvons y remplir notre bouteille de gaz (il en restait 5kg sur 15kg) soit 10 kg pour 80 €. Nous allons pouvoir penser consommation eau chaude et chauffrage sans restriction. Notre petit camion frise l'opulence.

ferryEt pour varier nos émotions : notre premier passage ferry, une dizaine de véhicules font la queue, deux voies recommandées pour deux destinations au départ de Vangsnes, soit Helle, soit Dradvik; on choisit la file de Drakvik. Navigation d'un bon quart d'heure, le ferry acoste à Helle. Depuis le pont supérieur, j'observe tous ces mouvements et la longue ondulation des véhiculent qui débarquent à cette escale. Mais ça me paraît bien long tout ça. Et d'un coup, je repère à la sortie du ferry un bus qui était devant nous et tout de suite derrière notre petit camion qui suit docilement le troupeau. Pas de doute, je reconnais Laurent au volant,le regard droit devant lui. Mais c'est pas là qu'on doit sortir ! Les moteurs du ferry se remettent à ronfler, mince alors on va repartir. Me voilà bien.Je me précipite dans les coursives, me paume, me cogne à des portes closes. Je rêve ou le ferry a bougé ? Où c'est que je vais le retrouver Laurent ? J'ai même pas mon portable pour communiquer. Je perds encore de précieuses minutes à me tromper d'escalier et finalement débouche sur une autre plate-forme extérieure. Coup d'oeil dehors. Les voitures finissent leur petite ronde pour revenir au ferry et se mettre face à la sortie qui sera par l'arrière à la prochaine escale. Et je vois, oh miracle, Laurent dans son petit camion qui finit sont tour et revient dans la file des entrées...

Les traversées fjords sont très différentes de l'une à l'autre. Quelquefois on slalome entre des milliers de petites îles couvertes de lichens, la côte est archi-plate, et très découpée. C'est sauvage et désertique. J'aime bien. Quelquefois les rochers sont plus impressionnants et les ports plus habités. C'est toujours très chouette.
 
Quant aux aires de nuit, on choisit souvent les remparts d'églises. Les croix du cimetière en demi-cercle comme un troupeau obéissant les cernent. Et toujours l'eau du fjord qui ouvre l'horizon. On y est la plupart du temps tout seuls. Et nous avons toujours un peu de mal à quitter ces mouillages extraordinaires.

C'est sur ce circuit que nous choisirons la route "atlantique" avec ces quatre ponts défiant l'espace. Une sensation inoubliable sur le plus vaste de ces ponts au dessus de l'atlantique dans une boucle énorme qui donne le vertige. Emerveillement et pétoche irrationnelle mélangés. J'adore !

Dimanche 1er juillet 2018
Nous posons nos roues à Kristiansund. Un grand port dédié exclusivement à la pêche. Le long des quais nous guettons le départ des bateaus qui partent pour leur campagne en haute mer. Ils sont équipés de monstrueux canons à harpons destinés aux baleines. J'ai détesté ces engins de mort. Mais le départ majestueux de l'équipage m'a quand impressionnée. Là encore c'est à pied que nous prospecterons pour un resto (que finalement nous trouverons trop cher). Laurent voulait goûter le bakalao local... (ragout de morue, tomates et pommes de terre, bof !) Ce sera pour une autre fois