09-07-18 lofoten Midi ou Minuit ?

soleil minuitsamedi 7 juillet, Moskenes - Lofoten

A peine débarqués, nous prenons le cap d'un village de pêcheurs, c'est le nom de lieu le plus court qui puisse exister "A" avec le point rond, accent scaninave. Je l'aime bien ce point. C'est celui que font les poètes sur le i quand ils s'appliquent à faire de jolis graphismes pour nous.. "A" C'est aussi le bout de la route qui traverse toutes les Lofoten.  Un agréable hameau de pêcheurs. Les séchoirs à poissons s'alignent dès l'entrée du village. L'odeur lourde de la morue séchée nous déchire les narines  bien avant les premières maisons. Quelques "rorbuers" ont été rénovés, voire construits de neuf, et sont loués en saisonnier. Les rorbuers sont les abris de pêcheurs, leur modeste lieu de vie. Les moderniser et les louer aux vacanciers, c'est probablement plus juteux et moins ingrat que la pêche à la morue. Quel étonnant village, au rythme d'un temps révolu et au rythme de la modernité. J'ai adoré. Nous avons beaucoup aimé nous y perdre.

Dimanche 8 juillet 2018. Aujourd'hui ce sera "cocoon.net" à "A" -  N 67°55'42.20 E 13°05'03.35

Il tombe des cordes, il fait froid... 9° sous la pluie, c'est un temps hivernale. Mais à bord du petit camion l'ambiance est douce et feutrée. On écoute de la musique, on baigne dans la tendresse et la conscience que rien ne presse et que nous sommes si bien là où nous sommes. C'est le bout des Lofoten, un petit bout d'éternité.
sechoir
Lundi 9 juillet 2017. départ 10h15 - 12° soleil voilé.

Des nappes de nuages mobiles flânent au milieu du ciel. Après une courte pause à Reine, capitale des Lofoten, très touristiques, nous prenons une route littorale inattendue. Les eaux sont turquoises avec des reflets d'or. Les prairies bordent la route et les moutons, agneaux et brebis s'attardent sur les bas côtés. Les plus jeunes se roulent sur le macadam au péril de leur vie (ou de la nôtre). Ah la belle insouciance de la jeunesse !

Lundi 9 juillet 2018 - plage de Flakstad. 16h - 15° N 68° 06' 04.83   E 13°14' 54.69
On commence à croiser plus de monde sur la route, les immatriculations allemandes si elles restent majoritaires, se partagent la route avec des Finlandais et des Norvégiens. Les Français et les pays du sud de l'Europe toujours aussi peu représentés. Nous avons toujours grand choix de stationnement pour le petit camion. Nous avons choisi un emplacement sur un rocher qui domine une magnifique et immense plage de sable blanc déserte à la sortie de la ville. La mer y est toujours turquoise. Une brise glaciale nous rougit le nez et nous n'avons guère envie de nous y tremper. Mais nous flânerons avec bonheur sur la plage. Puis nous reviendrons à notre hébergement un peu plus haut, sur ce rocher qui surplombe la baie, balcon de luxe pour notre premier soleil de minuit. Nous y serons très à l'aise pour regarder tomber le soleil dans la mer. Il devrait bien tomber car c'est une soirée peu nuageuse juste un peu très haut dans le ciel. l'horizon à 20h est parfaitement dégagé et il fait presque doux. 15°.

villege
A 22h, les nuages se sont effilochés et s'étalent sur la ligne d'horizon. On ne sait plus trop où commence le ciel ni où s'arrête la mer. Le soleil est encore un peu haut dans le ciel. Il n'est pas assez nord. Hé oui, ici le soleil se couche au nord... On décide d'aller faire un tour sur la plage, puis de regarder un film, histoire de tuer le temps. Vers minuit, le soleil a disparu derrière la barrière des nuages et de sympathiques filaments rouges, oranges et jaunes s'étalent à l'horizon. Plus le temps passe, plus cette lumière devient intense. Puis elle s'atténue.  Nous sommes restés un long moment songeurs, dans l'attente... A une heure du matin, la lumière recommençait à monter au dessus de la ligne de nuages... la mer et le ciel se sont fondus l'un dans l'autre, le jour se levait...
Pour avoir la chance qu'il se réalise, il parait qu'il faut faire un voeu entre le moment où le solei disparait sous l'horizon et celui où il réapparait. Et si c'était vrai ?
dragon
Mardi 10 juillet 2018 -11h 12° soleil. Nous reprenons la route vers le nord. Notre première pause sera à Nysborg. Un lieu réputé hautement touristique, une vraie fumisterie. Un village de Rorbuers reconstitués, tous neufs, avec des faux ateliers et des faux pêcheurs. Mais surtout et c'est bien le pire, aucun parking accesssible et une pagaille monstre pour sortir du piège de cette petite route. En plus il faut payer pour entrer dans le village alors que les vrais villages sont semés tout le long de la route, gratuits et sympathiques d'accès.

Par contre nous nous arrêterons au musée des Vickings et ça c'est un véritable enchantement. L'espace est immense avec des sentiers à travers les prairies. Des hall d'expos sensationnels qui retracent l'histoire et la vie des Vikings. Des ateliers ouverts avec mise à disposition de l'outillage. On peut donc si on le souhaite se bricoler un truc en bois, en cuir, en tissus, en laine... on peut même tenter le métier à tisser... Pour les gamins c'est une découverte extraordinaire. On y passerait la journée en un clin d'oeil. L'entrée au musée permet aussi un "tour" dans un bateau viking rénové avec juste une voile carrée comme moyen de propulsion. Juste douze passagers. Ah ça, j'ai adoré. Quel pot, y'avait du vent et du soleil. Au près, (oui, ça peut remonter au vent ces engins là) ça faisait frais mais au largue c'était génial. Trente minutes c'est peu, mais c'est bien chouette.

Mercredi 11 juillet 2018 Walberg N 68°12'13.88  E 13°

peche
Nous voici ce soir en camping paradis. Au fond d'un fjord, en prairie, très peu fréquenté et fort confortable. Vie de luxe pour vingt quatre heures. ça aussi j'adore !