PTIT TOUR EN CÉVENNES-VALLÉE DE LA CÈZE

jeudi 21 avril 2022, 

Youpi, des semaines que j'en rêve et voilà, c'est reparti pour une brève équipée du côté des Vans en Cévennes. Même la météo est en fête. Le petit camion n'en revient pas de glisser si joliment sous une pluie diluvienne. J'imagine la fiesta dans notre piteux jardin. Les bourgeons vont exploser, la vie va éclabousser de partout... Comme se sera bon... 

 

Pour notre char, léger virement tribord, cap nord ouest, nous roulons au rythme d'une  pluie qui "fait des claquettes..."  et résonne dans toute la cabine de pilotage. On est heureux, alors on chante... faux... mais quelle importance.

Notre première pause sera pour le domaine des Arnassaux, au nord de Nîmes, où nous avons déjà posé nos roues, pour une nuit d'été au milieu du vignoble. Ce sera toujours au milieu du vignoble mais dans une ambiance plus déchaînée, moins tendre. Il bourrasque, il tempête, il déluge, toute la nuit. Agréables réminiscences d'autres tempêtes.  Comme ces grains de folie météo sur l'alu de Lune de Miel, du temps qu'on était les navigateurs insouciants de l'atlantique. Nous on aime ça. Tous les deux silencieux, tous les deux à l'affût. C'est trop bon, la tiédeur de la couette, la douceur ambiante de la cabine, l'esprit envoûté par les tambourinaires qui se déchaînent sur le toit du petit camion.

 

Vendredi 22 avril 2022

cep

La pluie se transforme en averses aléatoires avec des poussées d'éclaircies qui promettent le retour d'un ciel clair... mais nous savons que ce n'est pas pour tout de suite.  Je suis fascinée par les vignobles que nous traversons, de vieux ceps tout rabougris que de jeunes bourgeons éclairent.

- Regarde laurent une éclaircie au dessus de Saint Ambroix...

Mon pilote est concentré, il ne réagit pas. Alors j'insiste,

- T'as remarqué le panneau grotte de la Cocalière, à ton avis, c'est quoi ?

- Ben c'est une grotte tout simplement.

-  Ça te dirait une pause touristique ?

- Ah tu veux visiter la grotte. Fallait le dire tout de suite.

Hop là. léger changement de cap. C'est simple la vie avec Laurent. Des fois, il suffit de demander clairement et simplement.

 

C'est la plus belle des cavernes que j'ai visitée. Un kilomètre de déambulations tranquilles en couloirs et escaliers nous donnent un aperçu du gigantesque travail que réalise la nature goutte à goutte au fil des millénaires. L'infiltration de l'eau à taillé, découpé, sculpté, construit sur plusieurs millions d'années d'incroyables statues, chambres à colonnes, toits pentus et draperies élégantes, disques diamantés de calcite étincelante. Et le joyau de ce trésor naturel, c'est la pisolithe, dite aussi,  la perle des cavernes. Il suffit d'une poussière, d'un grain de sable tombé de la voûte, qu'une goutte après l'autre agite et tournicote inlassablement. Peu à peu la poussière s'enrobe de calcite, le mouvement circulaire provoqué par la goutte qui tombe réalise une magnifique perle de calcite immaculée... une sphérule, oublions la racine sphère, c'est joli comme nom, angélique un peu comme séraphin.

 

sculptureneige

 

graines

Samedi 23 avril 2022

Nous voilà confortablement installés au camping du Pradal -LES VANS... mais le meilleur, c'est de retrouver ma soeur Annette et Claude son mari dans leur accueillante maison.

Le marché des Vans nous offre sa séduction locale. C'est notre incontournable bain de foule en Cévennes. Et on ne s'en lasse pas. Les Vans est une ville fascinante, on y croise des artistes vrais ou faux, quelques gloires médiatiques, des artisans, des paysans, des nantis qui abritent ici leur confortable retraite, des jeunes et des vieux plus ou moins marginaux. On repère les uns à leur nonchalance, à leur costume coloré, pas toujours nets. On repère les autres à leur allure tranquille, leur regard pensif, leurs vêtements simples mais de bon goût... Tout ce petit monde, se côtoie, s'interpelle et offre ses sourires aux étrangers que nous sommes. A tel point que finalement, étrangers on ne se sent pas tant que ça. 

barjacBarjac, soirée musique, donnée au profit de l'Ukraine, Claude et Annette s'y produisent avec leur chorale. On ne manquerait ça pour rien au monde. Et nous aimons bien leur prestation, généreuse, appliquée et ambitieuse. Claude en maître de cérémonie est épatant. J'ai adoré. Entraînés par nos deux chanteurs et leur amie Catherine, nous quitterons toutefois ce lieu avant la deuxième partie. Le problème c'est que ça se passe dans une église et la suite du programme sera sous amplificateurs (mal gérés). Une fanfare locale amplifiée dans une église, pas de doute ils finiront en apothéose, si le toit ne leur tombe pas sur la tête.  Y'a des neurones qui n'y survivront pas. Fuyons, fuyons....

Ainsi, nous nous retrouvons tous les cinq à bord du petit camion, dans l'intimité, dans l'amitié autour d'un casse-croûte improvisé. Les trois choristes n'avaient pas eu le temps de dîner avant le concert. Nous n'avions jamais été si nombreux à bord. Belle ambiance.

Plus tard, le petit camion rêve d'une nuit tranquille. Nous trouvons un espace isolé et sage à quelques pas de la ville pour une nuit placée toujours sous le signe du déluge. Mais comme vous savez, on adore.

 

dimanche 24 avril.

Nous avions confié nos bulletins de vote à nos amis de Velaux. Il s'agit de présidentielle, c'est pas le moment de mollir. Merci mille fois à eux, nous leur devons un voyage apaisé, avec le sentiment du devoir accompli. Et nous prendrons ainsi la route du Val de Cèze. Nous naviguons entre Gard et Ardèche. Au détour d'une vallée boisée, les Cévennes découpent le ciel. Et puis, nous longeons la Cèze que la route domine. 

 

Montclus est inaccessible aux camping cars. Nous trouvons un espace hasardeux pour nous garer, face au tri sélectif. Ce qui nous permet quelques pas dans un village tout en pierre. Notre enthousiasme prend une claque.  Beaucoup de volets fermés, pas âme qui vive. Même pas un bar pour boire un café... Un village de France sans bistro. On doit fichtrement s'y ennuyer.

 

Goudargues nous convient mieux. La Cèze canalisée traverse la ville. Nous y faisons quelques courses, on flâne, on traîne sous un soleil tout neuf. C'est chouette. Mais c'est à Orgnac que nous subirons un vrai coup de foudre. Nous y allons pour explorer l'aven d'Orgnac et là encore nous arrivons dans une belle forêt peu fréquentée où nous pourrons passer la nuit à proximité du site. Le gouffre est né d'un effondrement du sol, pendant des centaines d'années, ce "trou" a servi de dépotoir. Lorsque les merveilles qui s'y cachaient ont été découvertes, dans les années 1950, les dépôts sauvages essentiellement de  dépouilles animales et autres encombrants ont été interdits, le site protégé...  

Dans le gouffre d'Orgnac, comme dans les grottes très profondes, aucun êtres vivants ne peut survivre. C'est un monde exclusivement minéral. Pourtant en oubliant le groupe, en le laissant prendre de l'avance, me voilà  abandonnée pour de précieux instants au milieu de fruits qui n'en finissent pas de mûrir, de fleurs qui jamais ne se fanent, d'animaux fabuleux qui me font frémir. 

Lundi 25 avril 2022

Il est temps de reprendre un rythme moins paresseux, moins contemplatif. Nous ne perdons pas de vue que nous avons besoin d'exercice et au hasard de nos étapes nous nous débrouillons toujours pour faire quelques pas en forêt, en campagne des petits tours d'environ une heure et demie-deux heures. Le grand beau temps est revenu. Chaussons nos grolles et en piste.

L'équipée pédestre la plus extraordinaire mais aussi la plus éprouvante pour mon dos sera à travers les rochers et chaos de la Cascade du Sautadet (proche de Saint Laurent de Carnols). Ici la Cèze devient bouillonnante et creuse des falaises desquelles je ne risque pas de plonger...  D'ailleurs comme d'hab, je n'ai pas de maillot de bain.

Au retour pause à Saint Rémy de Provence, petite ville tranquille où la carte du tourisme se joue à fond. Une multitude de boutiques coquettes et coûteuses rivalisent d'élégance, avec une réelle volonté de faire dans l'authentique.

 

Entre Saint Rémy de Provence et Maussane nous ferons une pause champêtre au col de la Caume. Le plateau promet des sentiers pédestres ombragés et verdoyants. Nous nous laissons embarquer dans un petit tour prévu d'une heure... Hé oui, c'est peu.  Quelques impératifs nous sont aussi promis à Velaux... 

 

jaEt nous revoilà, tous les deux, complices de biens doux enchantements.

A bientôt. 

 

Fichier attachéTaille
Image icon lau.png139.91 Ko
Propulsé par Drupal