Coup de mou

 

Coup de mou pour notre tandem. Du côté de Laurent, des affolements du rythme cardiaque quasi permanents, de mon côté des douleurs trop diffuses, rhinite, bronchite, torticolite, constipite, tout en chronique. Petits maux fort dérangeants.

vel

Et le médecin dans tout ça, Bon d'accord, Laurent le sollicite, il se sent plus mal que moi. En ce qui me concerne, je crois que la solution est ailleurs. Je cueille les herbes du jardin, la tisanière est à ma porte. C'est autre chose qui se passe de plus préoccupant, d'inhabituel enfin pour nous deux.

Et puis l'hiver, moi j'aime pas du tout et j'ai tendance à me mettre en hibernation... alors question vitalité, y'a du déficit, à coup sûr . Plus envie de bouger Nos projets piétinent. Ce qui est ballot c'est que ça nous tombe dessus en même temps.

- Dis Laurent c'est où qu'on a mal ?

- J'sais pas, j'suis fatigué.

- On a des soucis majeurs ?

- Pas tant que ça, on les a passés en mode mineur il me semble.

- Tu crois que c'est l'épisode démolition -reconstruction cuisine-séjour qui nous lessive ?

- Peut-être, c'était compliqué et beaucoup plus long que prévu. Et puis, on n'a pas fini !

trav On a démoli un mur intérieur, la cheminée. Merci Olivier, s'il ne nous avait pas secoué et prit les choses en mains, je crois que les cartons continueraient de prendre l'eau sur la terrasse. Une fois pris le départ, on a bossé fort. On a installé un nouveau fourneau à notre mesure, et on a joué au jeu de construction avec les boîtes « meubles de cuisine ». On a fait du carrelage, de l'enduit, de la peinture.

C'était super. On aime bien bosser ensemble, on rigole et on avance lentement mais sûrement.

Passent les jours gris, passent la torpeur hivernale. Un froid plus vif s'installe.

On a bouclé nos travaux.

Quelques petites finitions que nous prendrons le temps de fignoler. Du pur plaisir en somme.

La petite maison de Velaux devient notre maison idéale.

Spectaculaire pour notre moral.

 

Mais nous avons cependant perdu tous les deux le feu sacré.

Vous savez cet enthousiasme qui permet aux idées de fuser, aux actions de s'enchaîner, aux projets de réussir...

Mais où donc est l'étincelle ?

cuis 2

C'est à Velaux que ça explose pour deux loustics épatés. Soirée des Vœux du Maire. Comme chaque année, Laurent passe un temps considérable à mettre en place le film de présentation de l'année écoulée, de l'année future. Il y a travaillé plusieurs semaines, en étroite collaboration avec le service communication de la ville. C'est en quelque sorte devenu une routine. Mais c'est un rude boulot. Soirée offerte par la Mairie, conviviale mais pompeux aussi.

On arrive. On nous place au tout premier rang. « vous serez plus près pour monter sur la scène ».
Quel humour ! En ce qui me concerne, c'est parti pour deux heures de somnolence paisible, les fauteuils sont vraiment confortables.
La projection plaît au public, la salle Nova (500 places est comble). Le discours réjouit les Velauxiens et le Maire conclut avec sa faconde habituelle. Et annonce le moment des gratifications.
Et voilà qu'il nous appelle Laurent et moi pour nous remettre à chacun la médaille de la ville, « pour le rayonnement de Velaux à travers nos actions »..... J'ai pas trop suivi le laïus qui a suivi pour dire qui nous sommes. Franchement qui voulez vous que ça intéresse ?
Oh si j'avais pu disparaître d'un coup de baguette magique. Faut bouger pourtant, sous peine de paraître fort inconvenante. Paraître, je suis vraiment pas douée pour ça. J'ai du mal à m'extirper de mon fauteuil, je voudrais bien que Laurent passe devant, les escaliers me font peur. Non, je me rétame pas. Un miracle !
Gêne intense, et forte émotion. C'est violent ce que je ressens face à la masse sombre de la foule, cernée par tout le conseil municipal en cercle autour de nous. Tout plein de regards souriants et bienveillants. Je me sens tellement tarte. Mais qu'est ce qu'on fait là ?
Et puis, je repère quelques sourires complices, une main qui me pousse gentiment vers le Maire, une dame au sourire enchanté me donne un somptueux bouquet... Une dégringolade d'images et d'émotions : Pano sur l'immense salle et la foule sombre qui l'habite, arc des conseillers assis autour de nous sur la scène, puis gros plan d'un sourire, de la bouche du Maire qui parle, du bouquet dont je ne sais pas quoi faire, d'un siège tout proche, et si je m'asseyais...

Tant de choses en si peu de temps !

Nouveau regard panoramique sur la salle et je réalise soudain qu'il y a à Velaux des gens qui ont l’œil sur nos actions, qui mesurent notre engagement bénévole et le gratifient... C'est percutant, un coup de vertige. Vraiment, c'est pas rien d'être reconnu par les siens.
Une fulgurance aussi. C'est probablement l'impact de notre film sur Velaux 1514 qui a provoqué cette reconnaissance. Alors je me ressaisis, l'espace d'un instant, j'ai quand même le réflexe de demander le micro pour préciser que nos réalisations cinéma se font dans le cadre de l'atelier et que nous sommes 17 personnes à faire partie de cette réussite... Que sans eux...
Du coup je remercie nos potes de l'atelier mais j'ai oublié de remercier les élus pour leur générosité... C'est grave ?

Un peu plus tard, on zone autour du buffet, je suis toujours troublée, toujours aussi épatée et tellement contente. Mais surtout profondément touchée parce que des visages plus ou moins connus, des intimes aussi, toutes sortes de personnes apparaissent pour dire qu'ils sont heureux pour nous... qu'ils trouvent ça juste et formidable.

Je vous raconte tout ça, pour vous faire partager ce moment pas ordinaire de notre vie.

Pour vous intégrer à nos réjouissances.

Pour vous dire aussi, qu'on est souvent beaucoup moins mal qu'on l'imagine.

Savez-vous ?

La petite étincelle reprend de la vigueur...

 

Vive l'an 2015